• JNTIL

Un grand succès pour le 11e colloque des intervenants socioculturels en milieu scolaire

Par Sébastien Tremblay


Au début octobre, j’avais relaté ici la difficulté d’entrer dans un premier poste de technicien d'intervention en loisir en milieu scolaire, en rendant hommage à une équipe de travail ayant facilité mon intégration. Aujourd’hui, je veux mettre en valeur un événement qui a réuni de nombreux intervenants qui, au quotidien, changent la vie des adolescents en « allumant des étincelles » à travers des activités de loisir.


J’ai beaucoup aimé le texte de ma collègue blogueuse Marie-Jo Cormier qui démontrait magnifiquement quelles étincelles sont allumées par un technicien d'intervention en loisir. Les 14 et 15 novembre derniers, j’ai participé au 11e Colloque des intervenants socioculturels en milieu scolaire et laissez-moi vous dire que j’en ai vu des étincelles dans les yeux de ces créateurs de bonheur. Le colloque, organisé par la corporation Secondaire en spectacle, a accueilli une centaine d’intervenants de partout au Québec. Pour résumer son expérience à ce colloque, un intervenant a mentionné au comité organisateur les mots suivants : « belle énergie, plaisir, apprentissage et réseautage! »


C’est si bien dit! En ce sens, voici des moments qui m’ont particulièrement marqué :


  1. La conférence de M. Pierre Côté sur le bonheur : nous, intervenants en loisir, avons tendance à nous investir pour les autres, trop souvent au détriment de notre propre bien-être. Il est fondamental de prendre soin de soi et de ne pas oublier que notre bonheur professionnel dépend bien plus du climat de travail que de la rémunération.

  2. La soirée festive du jeudi : la compagnie Silent Dee nous a offert une disco silencieuse. Nous avons dansé et chanté toute la soirée et, pourtant, il n’y avait aucune musique qui sortait des haut-parleurs! Vous vous dites que c’était sans doute de la sorcellerie ? Eh bien non, Silent Dee offre une expérience qui ne se comprend qu’en la vivant. Tout se passe dans les casques d’écoute. Chaque personne a son casque et peut contrôler quel canal elle choisit au gré de la musique offerte par 3 DJ différents. Ça a donné lieu à des scènes très inusitées, deux membres du comité organisateur, Antoine Lacasse et Élyse Vézina, ont observé que « personne ne connait vraiment les paroles des chansons des Spice Girls! » Je dois dire que j’imagine vraiment très bien un bal des finissants se dérouler avec Silent Dee.

  3. Le panel d’experts a donné lieu à une bonne discussion entre les spécialistes suivants :

  • Steve Côté, événementiel

  • Line Lamoureux, anxiété chez les jeunes

  • Claude Ricard, communication avec les adolescents

  • Josiane Stratis, médias sociaux

J’ai particulièrement apprécié les propos de Josiane Stratis, qui, au-delà de sa connaissance des médias sociaux, m’a impressionné par sa connaissance de la réalité des jeunes d’aujourd’hui. Plusieurs de ses paroles ont résonné en moi.


J’ai demandé à quelques personnes présentes au colloque de me partager quelques mots par rapport à leur expérience vécue. Voici ce que j’ai retenu comme propos :


Alexandre Rousseau, participant et technicien d'intervention en loisir à l’École secondaire Jeanne-Mance : « J’ai particulièrement apprécié les tables rondes. Il s’agissait d’un moment agréable et stimulant. Peu importe le sujet abordé, les discussions qui en découlaient étaient toujours pertinentes. Le mélange d’expérience et de jeunesse à permis aux participants de créer des discussions profondes et d’en apprendre sur les autres participants. La dynamique de groupe était tout simplement incroyable ! »


Je suis d’accord avec les propos de M. Rousseau. J’ajouterais que ces tables rondes nous ont permis de constater que :

  • Nous ne sommes pas (encore) des super-héros. Aussi exceptionnels que nous soyons, nous avons nos limites et nous devons pratiquer le lâcher-prise afin de rester sain d’esprit.

  • Nous sommes très créatifs pour trouver des solutions aux situations se présentant à nous.

Deux membres du comité organisateur de l’événement ont aussi accepté de fournir une réponse commune à mes questions : Antoine Lacasse, coordonnateur des programmes à la Corporation Secondaire en spectacle, et Élyse Vézina, agente en loisir culturel pour Sport et loisir de l’île de Montréal. Pour eux, l’événement a été un succès, notamment car 94% des participants ont signalé leur intention de revenir au prochain colloque prévu en 2021.


Mme Vézina et M. Lacasse m’ont aussi mentionné avoir été marqué par deux éléments fondamentaux et révélateurs de l’importance de ce blogue et de l’existence d’une Journée nationale des techniciens d'intervention en loisir :

  • « le besoin des intervenants de se former, d’échanger entre eux, de mieux connaitre la réalité des autres intervenants et venir chercher de nouvelles idées »

  • « le manque de reconnaissance des techniciens d'intervention en loisir dans leur travail »

Malgré ce dernier aspect, il a été frappant pour mes deux interlocuteurs que « les participants étaient passionnés et engagés dans leur travail ».


En conclusion, quelques constats généraux émergent de mes conversations avec les personnes citées (et d’autres) : la participation au 11e colloque des intervenants socioculturels en milieu scolaire a permis aux techniciens d'intervention en loisir d’obtenir des trucs concrets qui pourront être appliqués au quotidien. Aussi, cela a été un bon moment pour développer des contacts avec des experts du loisir qui pourront mener à d’éventuelles collaborations. Finalement, on ne se le cachera pas, ça a fait du bien de sortir de son milieu pendant deux jours! Ça a permis de revenir à son poste revigoré, inspiré et encore plus motivé à changer la vie de nos élèves au meilleur de nos capacités.

  • Facebook JNTIL

Tous droits réservés Journée nationale des techniciens d'intervention en loisir 2019-2021